Banque : Bientot un nouveau moyen de paiement

Déjà grands utilisateurs de chéquiers et carte bleue, les Français vont se voir bientôt proposer un nouveau moyen de paiement rapide, mis au point par la Banque de France.

 

D’après Emmanuelle Assouan, directrice des systèmes de paiement et des infrastructure de marché a la Banque de France : “La valeur des paiements scripturaux représente 16% du PIB en moyenne dans les pays du G20, il y a dix ans, on était à 10%”. En effet, le paiement par carte de crédit ou chèque est de plus en plus en vogue chez les Français. Ajoutez à cela que 55,9% de ces paiements scripturaux se font par carte bancaire. Un style de paiement favorisé par le fait d’un abaissement des minimas de perceptions, chez les commerçants, effectué par les banques. Une baisse de 50% entre 2014 et 2016.

Quant à la technologie sans contact, elle représente aujourd’hui 15% du volume de paiement par carte. Concernant les transactions un peu plus chiffrées, c’est le virement qui reste le plus utilisé, avec une part de 87,2%. Malgré son usage assez fréquent, le chèque lui, perd 8% en volume d’utilisation, et ceci même si “les Français sont de gros consommateurs de chèque et restent le deuxième plus gros consommateur de chèque derrière les Etats-Unis” souligne la spécialiste.

 

  • Un nouveau service arrive sur le marché.

 

“Nous avons développé, dans le cadre européen, un projet de virement instantané” nous annonce Emmanuelle Assouan, avant d’ajouter : “Les fonds sortis de votre compte pourront être réutilisés par le bénéficiaire en dix secondes. Ce sera facile d’usage, car de nouveaux dispositifs d’initiation seront mis en place. Normalement, pour un virement, le bénéficiaire doit donner son numéro IBAN a celui qui paie. Ce n’est pas forcément très ergonomique. Un système d’alias, de type numéro de téléphone, email ou identifiant numérique, suffira pour adresser le règlement. Cela devrait faciliter les échanges”, annonce la Banque de France.

 

Mais est ce que tout ceci ne va pas faire concurrence à certains groupes tels qu’Apple, Facebook ou Alibaba ? Emmanuelle Assouan, se défend : “Un certain nombre d’acteurs sont présents aujourd’hui qui étaient absent il y a quelques années. Mais les nouveautés ne portent pas sur les moyens de paiement scripturaux eux-mêmes, c’est toujours des virements ou des paiements par carte bancaire, par exemple, qui sont utilisés. Ils sont simplement initiés d’une façon nouvelles. C’est le support qui change, ce n’est pas l’instrument”.

Le mécanisme de ce nouveau service de paiement instantané est déjà réglé d’un point de vu interbancaire. Et les banques se penchent déjà sur le développement d’offres commerciales à proposer à leurs clients dans les mois à venir.

 

Encore une preuve ici, que les nouvelles technologies prennent de plus en plus d’ampleur, quitte à donner un coup de vieux même au plus récentes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *