Tesla : comment la société utilise le Big Data et l’Inteligence Artificielle

Tesla est devenu, en quelques années, un des leaders sur le marché des véhicules électriques. Mais l’entreprise du milliardaire canadien, Elon Musk, s’est aussi spécialisé dans la vente de batteries ultra performante ainsi que certaines technologies photovoltaïques.

 

En sachant que Tesla est le premier constructeur automobile à mettre en vente des véhicules autonomes, il est logique de penser et de constater que l’entreprise est intéressé par l’Intelligence Artificielle (IA). Mais c’est seulement depuis ce mois de janvier que le groupe a décidé, et annoncé, qu’il travaillerait sur son propre développement d’une IA. Rien de surprenant quand on connaît le point de vu de son PDG à propos de cette dernière. Pour Elon Musk, l’intelligence artificielle révolutionne nos vies, détruira des centaine de milliers d’emplois et pourrait même déclencher la 3e guerre mondiale. Il est même le co-fondateur de OpenAI, une firme sur la recherche technologique, qui a pour but de prévenir et réduire tous les risques que les robots pourraient, un jour, faire subir aux humains.

 

Cette nouvelle IA sur laquelle se penche le groupe Tesla, aurait pour but de gérer les algorithmes gérant le système d’auto pilot des voitures Tesla. Car ceux présents actuellement dans les véhicules de la marque, limitent le niveau d’autonomie de ces derniers.

 

Une politique avant-gardiste qui devrait porter ses fruits. Des experts assurent même que l’entreprise aurait largué ses concurrents dans le domaine de la collecte de données. Car, les véhicules de la marque ont tous étaient programmé afin, d’un jour, être potentiellement autonomes, un détails rendus public seulement en 2014. Ceci signifie donc que le groupe enregistre donc plus de données sur les routes que la plupart de ses concurrents, qui eux se penchent, pour la plupart, seulement sur la phase conceptuelle de nouveaux modèles. Tesla prévoit même de faire passer son nombre de voitures sur les routes à 650 000 pour l’année 2018, ce qui représente ici aussi un nombre important de capteurs de données actifs en plus. Ce système de récupération des données est orienté vers le cloud de l’entreprise, sur lequel est enregistrer la moindre info. C’est ainsi qu’en 2014, la firme a réussi a détecté un problème de moteur sur un de leurs modèles et les a automatiquement réparés à l‘aide d’un patch logiciel.

 

Des données tellement poussé, qu’il est même possible pour la marque de savoir ou est comment les mains du chauffeur sont positionnées sur le volant, ceci a l’aide de capteurs sensitif internes, et même externes au véhicule. Ce marché des données de véhicule représentera en 2030 près de 629 milliards d’euros d’après des chercheurs de McKinsey and Co, un cabinet de conseil pour les directions générales.

 

On a, à l’heure actuelle, que peu d’information sur les critères de création de l’IA de Tesla, mais la marque nous promet encore et toujours plus d’innovation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *