Nous arrivons donc à un point décisif, qui, peut-être après la composition parfaite, joue un rôle presque encore plus important : les enregistrements. Les voix sont-elles synchronisées/utilisées avec les différents instruments et voix ou y a-t-il beaucoup de tromperie ? Le guitariste, par exemple, fait-il constamment des erreurs ? Est-ce que le jeu est sale ? Les paroles sont-elles mal chantées ou ne sont-elles pas comprises parce qu’elles ont été marmonnées ? Les enregistrements sont-ils déformés ou bruyants ? Est une chanson produite trop doucement ou même surcompressée. Une chanson a-t-elle un son trop fortement traité ou déséquilibré dans le mixage. Des fréquences importantes manquent-elles dans le mixage global ou y a-t-il trop d’amplification dans certains domaines, de sorte que les basses sont peut-être trop fortes, parce qu’elles ont été à peine entendues sur les enceintes du studio à la maison pendant la production ? Toutes ces choses peuvent fortement influencer et déformer la musique. Même la composition elle-même ne doit pas être mauvaise pour cela.

La ligue et les exigences

boite a rythmeSi l’on compare la production d’un enregistrement à domicile d’un musicien qui est encore en phase d’apprentissage et qui fait ou essaie de tout faire lui-même, de l’enregistrement au mixage en passant par le mastering (car il n’y a peut-être pas d’autre option), avec la production audio professionnelle d’une équipe bien rodée dans un studio d’enregistrement, qui produit des artistes connus depuis des décennies, on remarquera généralement une nette différence. Une chanson peut très bien avoir du potentiel et, avec une équipe professionnelle et un bon équipement, elle peut devenir une version “haut de gamme”. Mais l’inverse est également possible. La version de la même chanson produite par un “musicien amateur” peut sembler déséquilibrée et “impure”, mais elle sonne peut-être beaucoup plus authentique. Il y a énormément de chansons qui ont été produites dans un home studio et qui n’auraient pas pu être mieux faites. Bien sûr, il s’agit aussi d’une question de vie ou de mort !

Mais comme approche, je voudrais mentionner que chacun a sa “spécialité” dans laquelle il peut vraiment briller. Mais si quelqu’un fait tout seul, alors il est très indépendant et peut faire beaucoup de choses (à moitié) bien, mais il fait aussi beaucoup de choses qui ne sont pas encore complètement développées, parce que les compétences et l’expérience font défaut. La situation est différente lorsqu’une production est divisée avec différents experts. Peu importe qu’il s’agisse de musiciens qui connaissent le mieux leur instrument ou que différents producteurs s’occupent de l’enregistrement, du mixage et du mastering. C’est une question d’argent et de volonté et de ce que l’on exige de son “produit” (igitt, ce mot encore…^^) et de ce qu’on en fait. Mais c’est encore un autre sujet…